INFLUENZA AVIAIRE HAUTEMENT PATHOGÈNE (IAHP)

Relèvement du niveau de risque au niveau ÉLEVÉ et extension des mesures de prévention à l’ensemble du territoire métropolitain.

Depuis la première notification d’un cas d’IAHP le 21 octobre 2020 par les autorités sanitaires néerlandaises le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe. Des foyers domestiques et des cas dans l’avifaune sauvage ont été confirmés aux Pays Bas, en Allemagne et au Royaume Uni.

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé, après concertation avec l’ensemble des opérateurs des filières concernées et de la Fédération nationale des chasseurs, de relever le niveau de risque à « élevé » sur tout le territoire métropolitain.

Déjà, suite à l’arrêté ministériel du 23 octobre 2020 qui avait relevé le niveau de risque de négligeable à modéré, des mesures particulières de biosécurité avaient été prises dans les zones à risque particulier. 50 communes de Vaucluse le long du Rhône ou de la Durance avaient été ainsi concernées.

Les mesures déjà en vigueur dans les zones à risque particulier sont étendues à l’ensemble du pays.
Elles consistent en :

la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs ;

l’interdiction de l’organisation de rassemblements et de la participation des volailles

l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes

l’interdiction de l’utilisation d’appelants pour la chasse au gibier d’eau.

Par ailleurs, du fait du confinement, la chasse du gibier à plumes et du gibier d’eau est interdite pendant la période de confinement.

De plus, il est demandé une surveillance clinique quotidienne par tous les détenteurs de volailles (avec alerte de leur vétérinaire en cas de signes cliniques) et de signaler toute découverte d’oiseaux sauvages morts à l’Office Français de la Biodiversité (04 90 90 49 05).

Ces mesures de prévention ont pour but de protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour les échanges et exportations d’animaux vivants et de viandes de volailles.

COMMUNIQUE DE PRESSE

MESURES DANS LES BASSES COURS